Les clés pour comprendre

Un soir de mai dernier, mon ami Gaylord Vermouth1 m’a reproché de dénoncer les travers du système politique sans donner « les clés pour comprendre ». Il faudrait, m’a-t-il répété, que j’explique ce qui était bien et moins bien dans les programmes des candidats. Je n’ai malheureusement ni le temps ni les compétences pour faire ce travail,2 mon cher Gaylord, mais je vais te donner trois clés avec lesquelles tu pourras juger tous les programmes de tous les candidats, pour les élections à venir et même pour les suivantes. C’est du lourd, c’est puissant, fais en bon usage.

Mon cher Gaylord,

A trente ans passés, nous sommes tous les deux jeunes, mais pas tant que ça. Il nous reste une quarantaine d’années à user nos pantalons sur les chaises des bistrots, un peu plus si tu comptes celles où nous les userons dans la cafèt’ de la maison de vieux où nos rejetons nous feront enfermer, un peu moins si tu continues à fumer. Pour comprendre comment les politiques publiques peuvent évoluer dans ce temps qu’il nous reste, il faut cerner les grands courants sociaux et environnementaux dans lesquelles ces politiques vont devoir naviguer. Ce sont les trois clés. Mais avant, laisse moi te dire que tu peux tranquillement ignorer la majeure partie des propositions des candidats, car elles concernent des problèmes qui n’existent pas, ou en tout cas pas dans la forme qu’on leur donne.

Les crises dont on entend parler à la télé, dans les journaux ou sur notre fil d’actualité Facebook engluent le discours public mais tu peux les laisser couler. Elles passeront comme des rhumes, en une semaine sans traitement et sept jours sans. Elles passeront car elles sont soit montées en épingles à partir de pas grand chose, soit carrément inventées, soit elles sont devenues normales et ne sont plus des crises mais un état de fait.

Les crises montées en épingle.

A partir de pas grand chose, certaines personnes ou certains groupes peuvent créer un problème de société. Prends l’exemple de la bien mal nommée « crise des migrants ». Une guerre civile pousse des hommes et des femmes à chercher refuge dans les pays voisins et certains viennent jusque chez nous. Si cela te rappelle la guerre en Yougoslavie qui a bercé notre enfance, c’est normal, c’est exactement la même chose. Sauf que cette fois-ci, les réfugiés ne sont plus des humains que nous avons le devoir d’aider, mais un flot sans précédent de terroristes potentiels qui mugissent jusque dans nos bras égorger nos fils et nos compagnes. Alors que c’est complètement faux. Ce n’est ni un flot, ni sans précédent, et l’impact de ces hommes et ces femmes sur notre quotidien est très faible.3

On peut dire la même chose de la « menace terroriste ». Sans nier la violence des massacres de Berlin, Paris ou Manchester, sans nier la détermination de ceux qui tuent et la nouveauté de leurs modes opératoires, tu peux les comparer avec les attentats que l’on a vécus à Paris en 1995 ou à ceux des groupuscules armés par les soviétiques dans les années 1970. Il y avait bien plus d’attentats à l’époque et ils ont tué beaucoup de monde4 et, il y a 40 ans comme aujourd’hui, tu as infiniment plus de chances de te faire aplatir par un 30 tonnes en allant au bureau à vélo que de te retrouver nez-à-nez avec un lecteur un peu trop zélé de Dabiq, le magazine de l’Etat Islamique.

Je n’ai pris que deux exemples, mais tu peux en trouver d’autres sans trop de problèmes, comme les délocalisations, la baisse du niveau à l’école, les mendiants Roms… En décrétant que ces phénomènes, qui devraient être traités calmement par les institutions dont c’est le boulot, sont des crises existentielles, on est certain de créer de nouveaux problèmes. Un peu comme si tu mettais les 500 ouvriers d’un chantier naval sur la réparation de ton vélo: ça ne fonctionnera pas, mais tu auras une situation intéressante à gérer.

Les crises inventées.

D’autres « crises » sont carrément inventées, et inventées pour déstabiliser. Quoi de plus difficile pour une administration que de lutter contre un phénomène qui n’existe pas? La crise de l’insécurité, par exemple, est une pure fiction. Elle a été inventée par des prétendants au pouvoir afin de créer un adversaire que le gouvernement en place ne pourrait pas combattre5. Évidemment, une fois au pouvoir, on ne peut pas soi-même lutter contre cet adversaire fantôme, ce que d’autres prétendants au pouvoir auront tôt fait de remarquer. Nicolas Sarkozy pourrait en témoigner, vu qu’il s’est fait sortir en 2012 en partie pour n’avoir pas résolu le problème d’insécurité qu’il avait fabriqué dix ans plus tôt pour arriver au pouvoir.

Combattre une crise imaginaire, c’est comme de vouloir tuer un homme invisible avec une machette dans une rame de métro bondée. Ça fait des dégâts. Regarde la guerre contre la drogue. Elle fut inventée par Nixon dans les années 1960 pour criminaliser ses adversaires, les Noirs et les hippies anti-guerre (c’est pas moi qui le dit, c’est le type qui l’a fait).6 Cette crise n’a évidemment pas été résolue, mais en cherchant à la résorber, les politiques ont créé plein de nouveaux problèmes, comme l’état de guerre au nord du Mexique ou le renouveau de l’esclavage en Louisiane.7

Les crises intégrées à la normalité.

Les troisièmes crises dont tu peux te passer, ce sont celles qui ne sont que les symptômes de mutations plus profondes. La crise du logement, par exemple, n’est que l’illustration de l’augmentation des inégalités de patrimoine. Le problème n’est pas que les loyers sont trop élevés, mais que, d’une part, nous sommes poussés vers quelques villes de plus en plus gigantesques où s’empile la richesse et que, d’autre part, cette richesse n’est disponible que pour quelques uns, les autres étant priés de s’entasser là où il peuvent.

La crise de l’emploi, elle, dure depuis le début des années 1970 ; il serait temps d’accepter que les mécanismes institutionnels sont tels que le chômage de masse est une certitude, pas une anomalie, et certainement pas un problème que l’on peut résoudre avec une nouvelle loi ou avec une start-up d’état.8


La meilleure chose à faire, quand tu entends parler ces fausses crises, c’est de changer de chaîne. Plus on te répète qu’une crise existe, plus ton cerveau va l’accepter comme un fait. La coupable, c’est l’heuristique de disponibilité, un phénomène bien documenté en psychologie. Nos cerveaux, ces grosses feignasses, associent la première chose qu’ils trouvent dans leurs archives pour illustrer ce qu’ils voient. Si tu as regardé vingt-cinq reportages où l’on parle de réfugiés Syriens en même temps que des viols de Cologne, ta cervelle va avoir plein d’associations Syriens/violeurs disponibles. Tu as beau savoir que la relation entre les deux est fausse ; plus tu exposes ton cerveau à ce mensonge, plus l’effort nécessaire pour le contredire, même intérieurement, sera grand. C’est la raison pour laquelle des gens qui partageaient des idées humanistes il y a vingt ans peuvent te sortir sans sourciller que les Roms quand même ils volent beaucoup, qu’on ne peut pas accueillir toute la misère du monde et que ces femmes voilées, hein, finalement elles n’ont que ce qu’elles cherchent à force de ne pas vouloir s’intégrer. Si une crise n’existe pas, il faut activement l’ignorer si on ne veut pas devenir convaincu de son existence, même contre son gré.

Ces crises qui n’existent pas, rien ne sert de les chercher dans les programmes des candidats au pouvoir ; ce serait comme de demander à une médecin comment elle compte traiter un hypocondriaque. Surtout, un programme politique n’est pas une liste de courses. Personne ne peut prédire le contexte dans lequel un mandat se déroulera. Plutôt que la succession de propositions que les prétendants au pouvoir impriment sur papier glacé, il faut comparer leur vision et leur idéologie. C’est elle qui déterminera comment ils réagiront face à l’imprévu, notamment les aléas de la politique étrangère, dont je ne parle pas ici. Surtout, c’est cette vision qui guidera le travail du personnel administratif qui, lui, à la différence du législateur, aura un impact direct sur ta vie. Les agents de l’état que tu croiseras, du flic qui te contrôle à l’instituteur de tes enfants jusqu’au juge de ton divorce et à l’inspecteur de ta maison de retraite, n’auront comme aujourd’hui qu’une maîtrise approximative de la loi.9 Partout, l’arbitraire règne. C’est parfois bénin, lorsque l’instituteur décide de ne pas appliquer telle ou telle disposition absurde du programme. Ça l’est parfois moins, lorsque le policier à qui tu t’adresses pour porter plainte refuse de l’enregistrer sans raison valable.

Les détails de la loi, a fortiori les détails d’un programme électoral, n’ont pas la même importance que la vision et l’idéologie d’un candidat. Cette vision et cette idéologie, je te donne trois clés pour les analyser facilement. Tu as juste à prendre ton candidat et à te demander comment il ou elle se positionne face à ces trois problèmes et, plus important encore, comment les agents de l’administration considèrent qu’il ou elle se positionne sur ces thèmes.

Clé numéro un: Les inégalités de patrimoine

Imagine que tu aies tes trente ans au début des années 1980. Tu as été à la fac, tu es cadre moyen, tu gagnes 80 000 francs nets par an, ce qui, à l’époque et à Paris, est bien mais pas top. Un appartement de 80 m² intra-muros te coûte dans les 500 000 francs, soit un peu plus de six années de salaire.10 Fast-forward aujourd’hui. Tu as été à la fac, tu as galéré car ce n’est plus la même pour trouver un emploi, tu gagnes 30 000 euros nets par an, ce qui n’est pas si mal. Le même appart’ coûte un peu plus cher maintenant, dans les 800 000 euros, soit 26 ans de salaire. C’est bien pour ça que tu es venu à Berlin, mais même là, un appartement normal coûte plus de dix ans de salaire net.

Pour notre génération, se constituer un patrimoine est quasiment impossible, à moins de ne vivre que pour l’argent. Pour nous, le patrimoine s’hérite, et tant pis pour ceux dont les parents n’en ont pas. Ce patrimoine peut être investi et rapporter à son propriétaire des rentes. A Berlin, un appartement de 300 000 euros peut se louer 1000€ par mois, soit un rendement net de 3% environ. Au bout de 30 ans, le propriétaire peut s’offrir un second appartement et doubler ses rentes. Avec ces deux loyers, il ne lui faut plus que 15 ans pour s’en acheter un troisième! A ce rythme, 60 ans après son premier achat, il peut s’offrir un appartement toutes les semaines. Thomas Piketty décrit cette concentration du patrimoine dans son Capital au 21e siècle, mais je pense qu’il sous-estime le rythme auquel les patrimoines vont se concentrer car de nombreux héritiers de patrimoines constitués au 20e siècle ne seront pas capables d’atteindre une rentabilité supérieure à 0 (ils risquent de dépenser plus qu’ils ne gagnent pour entretenir les biens immobiliers hérités de leurs parents).

L’extrême concentration des richesses va replonger nos sociétés, en France comme en Allemagne, dans un monde que l’on pensait dépassé avec la fin du 19e siècle. Je laisse un personnage de Zola (Sigismond Busch dans L’Argent, chapitre 12) te le décrire: « La force armée gardant l’inique accaparement des uns contre la faim enragée des autres !… Des oisifs de toutes sortes, des propriétaires nourris par le loyer, des rentiers entretenus comme des filles par la chance, le luxe et enfin la misère ! » Ça ne sera pas hyper fun tous les jours.

Pour lutter contre cette mécanique, il faut du courage politique. Regarde quels candidats prévoient une taxe confiscatoire sur les tranches supérieures des héritages et quels candidats prévoient d’augmenter l’impôt sur la fortune vers un taux proche de 100% au delà de quelques millions d’euros (il faudrait évidemment associer ces mesures à une multiplication par cinquante ou cent des effectifs de la police financière). Pas la peine de se faire de films, il n’y en a sans doute aucun. Par le passé, seules les destructions causées par les guerres ou les épidémies ont diminué le patrimoine des plus riches et permis aux autres de rentrer dans la course.

Clé numéro deux: La transformation de l’état et l’avènement du néoféodalisme

Parallèlement à cette mécanique d’accumulation, un changement idéologique s’est produit: l’avènement de l’hégémonie néolibérale. A la fin des années 1940, un groupe d’intellectuels a développé une philosophie de la société qui assure que n’importe quel bien ou service peut s’échanger sur un marché, les agents vendant et achetant rationnellement selon leurs intérêts du moment. Plus besoin de de syndicats puisque les travailleurs peuvent décider ou non de vendre leur travail à des entrepreneurs sur le marché de l’emploi. Plus besoin de juges puisque les agents peuvent choisir les tribunaux d’arbitrage qui permettront au mieux de délier leurs différents. Plus besoin de lois, puisque les parties peuvent s’accorder librement sur les normes les plus adéquates pour la réalisation d’un contrat.

La tragédie de cette idéologie, c’est d’avoir convaincu à la fois les conservateurs et les progressistes. Les conservateurs y ont vu la justification des inégalités existantes (si les pauvres gagnent si peu, c’est qu’ils l’ont librement accepté sur le marché du travail) et les progressistes y ont vu une possibilité d’émancipation (sans intermédiaires, les individus peuvent décider librement de leur destin). Avec quelques décennies de recul, on sait que les progressistes se sont fait enfler dans les grandes largeurs mais, quand on voit ce que faisaient les syndicats et les partis politiques dans les années 1970, on peut comprendre leur erreur.

Un des corollaires du néolibéralisme, c’est l’effondrement des institutions. L’hôpital, les universités, les syndicats, les tribunaux et toutes les institutions (sauf une, j’y reviens dans un instant!) nées avec l’état moderne entre le 18e et le 20e siècle n’ont rien à faire dans un monde néolibéral. Puisque les individus peuvent s’entendre sur la meilleure manière de résoudre un problème, pas besoin de mégastructures pour leur forcer la main. Prends l’exemple des retraites. Les travailleurs peuvent choisir d’économiser seuls ce dont ils pensent avoir besoin pour leurs vieux jours ; pas besoin que l’état leur prélève d’office une partie de leurs salaires. Évidemment, les présupposés des néolibéraux sont totalement faux. Nous autres humains sommes complètement incapables de raisonner correctement dès qu’il s’agit d’évaluer les risques de maladie ou de négocier contre des personnes supérieures socialement. C’est ce que les politiciens du 19e siècle avaient compris en mettant en place ces institutions et ce que les recherches en psychologie au 20e siècle ont confirmé. Même les économistes, les vrais, les scientifiques, l’ont pris en compte, et bien peu d’universitaires se font maintenant les chantres d’un néolibéralisme débridé.

Reste un petit problème. Une fois les grandes institutions bousculées et humiliées comme elles l’ont été à partir des années 1980, il leur est difficile de revenir dans le débat public. Ces scientifiques, qui se sont aperçus des erreurs de la génération précédente d’économistes, sont bien en peine de retrouver l’oreille du pouvoir, maintenant que leurs bâtiments tombent en ruine et qu’ils ont perdu tous leurs financements.11 Une fois les institutions balayées, une fois que la clé de voûte, l’institution suprême, la Loi, a été remplacée par un marché des normes que l’on choisi en fonction de ses intérêts,12 il ne reste plus que les relations entres humains pour éviter l’anarchie. Le gouvernement par la loi est remplacé par le gouvernement par les humains.13 Cette forme de gouvernement, on la connaît bien. C’est celle où tout un chacun a un protecteur au-dessus de lui et des protégés au-dessous. C’est, si tu te rappelles tes livres de châteaux-forts, le féodalisme.

On peut se rassurer en se disant que des sociétés aussi complexes que les nôtres, où l’état emploi des millions de personnes, ne peuvent se transformer aussi vite et aussi radicalement. Ce serait oublier que c’est exactement ce qui s’est passé à l’automne 1989, lorsque les habitants de cinq pays (dont celui où tu vis présentement, la RDA) en ont eu assez et ont simplement dit à leurs chefs le fond de leur pensée, provoquant du même coup un changement de régime. Ce qui est encore plus intéressant, c’est que les habitants de ces pays avaient déjà exprimé leur défiance auparavant. En 1953 en Allemagne de l’Est, en 1956 en Hongrie, en 1968 en Tchéquie et en 1980 en Pologne. A chaque fois, les forces de coercition ont remis tout le monde au pas. Ce n’est pas un hasard si les seules institutions protégées du marasme néolibéral sont l’armée et la police.14

Si ces changements de régime ont eu lieu, et avant eux les tentatives ratée, c’est que les liens entre le gouvernement, les administrés et l’administration ont évolué, passant d’une entente réglée par la loi à une relation fondée sur la peur. Peur pour l’administré de subir le courroux de l’administration, peur pour chaque agent de l’administration de son supérieur hiérarchique, peur pour les membres du gouvernement d’un putsch de leurs collègues. Le féodalisme permet de réguler ces peurs en s’assurant du soutien d’un ou plusieurs protecteur en échange de sa loyauté et éventuellement de corvées ou autres services.

Ce passage d’une société réglée par la loi à une société réglée par la peur, on l’observe déjà en France, où la séparation des pouvoirs, la première pierre d’un état de droit, a du plomb dans l’aile.15 En Allemagne, la processus est moins avancé mais il est déjà engagé. Ce néoféodalisme aura des conséquences très fortes sur notre quotidien. Sans la loi pour nous protéger, nous devrons en permanence nous assurer de la protection de personnes adéquates pour réaliser nos projets. C’est ce que vivent les Russes et les Ukrainiens depuis une vingtaine d’années et ça ne donne pas vraiment envie.

Avec cette deuxième clé, tu peux juger le programme des candidats. Cherche ceux qui souhaite rompre avec l’hégémonie néolibérale, ceux qui veulent redonner aux institutions un véritable rôle de contre-pouvoir.

André Bouchet a.k.a. Passe-partout montre trois clés.

Clé numéro trois: Le changement climatique

La dernière clé, c’est le changement climatique. Je ne parle pas d’environnement au sens large, même si la disparition des insectes, la pollution atmosphérique, le remplacement des poissons par les plastiques dans les océans méritent toute leur place au classement des pires réalisations de l’humanité. Je ne parle ici que de concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Le réchauffement climatique, on en parle depuis que nous sommes tout petits mais les choses ont bien changé depuis. La première grande conférence internationale sur la réduction des gaz à effet de serre, c’était en 1992 et le discours est depuis resté le même: Nous allons réduire les émissions de CO2, remplacer les énergies fossiles par des éoliennes et des panneaux solaires et au final, même si les hivers sont un peu plus courts et les étés un peu plus chauds, on devrait s’en tirer. D’ailleurs, n’a-t-on pas commencé le changement énergétique en Allemagne? Ne trouve-t-on pas à chaque coin de rue des voitures partagées et électriques?

Toutes ces choses là seraient très bien si nous étions toujours en 1992. Mais depuis, nous autres humains avons rajouté dans l’atmosphère plus de CO2 que la génération de nos parents n’en a émis entre 1960 et 1992.16 C’est comme si à la place du problème dont on parlait quand on était petit, on avait deux problèmes, et toujours pas le bout d’une solution. Ce qui a changé depuis le temps de notre enfance, c’est le recul dont on dispose pour juger des modèles prédictifs d’évolution du climat. La bonne nouvelle, c’est que les modèles sont corrects.17 La mauvaise, c’est que l’agriculture va disparaître.18

Réduire les émissions de gaz à effet de serre avait du sens en 1992. Aujourd’hui, le seul espoir pour éviter de rendre la terre inhabitable aux humains19 serait l’arrêt complet et immédiat des émissions et la mise en place de gigantesques aspirateurs à CO2. Ces aspirateurs existent, des start-ups comme Climeworks, Global Thermostat ou Carbon Engineering les développent. A elles trois, elles ont reçu plus de $10 millions en capital risque ces dernières années.20 Soit à peu près dix fois moins que Juicero, une start-up qui te permet de commander en ligne des fruits à presser dans une machine connectée à internet. On retombe au problème précédent, celui de l'idéologie néolibérale: en laissant le marché résorber le changement climatique (les trois start-ups veulent toutes fabriquer de l'essence avec le CO2 qu'elles aspirent), on est certain de ne pas y arriver.

Il y a peu de chances pour que, d’ici la fin du siècle, le climat permettent aux humains de vivre de l’agriculture comme nous le faisons aujourd’hui. Il faut chercher, dans les programmes des candidats, la vision qu’ils proposent pour s’adapter à cette nouvelle donne. Je n’ai encore rien vu sur le sujet.


Voilà, mon cher Gaylord, ce que je peux te donner pour le moment. C’est pas grand chose, je sais, mais j’espère que ça te permet d’y voir plus un peu plus clair.

Newsletter

In case you want to read my next essay in your e-mail inbox, type you email below and you'll be all set.

Notes

1. Le nom a été modifié, mais pas tant que ça

2. Certains le font, comme Voxe.org.

3. Sur le caractère faussement sans précédent du nombre de réfugiés, je te recommande Europe’s Refugee Crisis Is Not as Big as You’ve Heard, and Not Without Recent Precedent et plus généralement les articles de Hein de Haas sur le sujet, comme par exemple Myths of migration: Much of what we think we know is wrong. Sur l’absence d’effets concrets des réfugiés, par exemple en ce qui concerne leur prétendu rôle à Cologne le 31 décembre 2015, je te recommande l’enquête de De Correspondent Time for the facts. What do we know about Cologne four months later?.

4. Voir par exemple Is terrorism in Europe at a historical high?, où tu verras que le terrorisme tuait beaucoup plus dans les années 1980.

5. Tous les indicateurs sérieux montrent une baisse continue de la violence dans l’espace public ou une stagnation. L’augmentation des délits est due quasiment uniquement à la plus forte répression de l’usage de stupéfiants et des infractions à la législation des étrangers. Sur la diminution de la violence sur le très long terme, tu peux regarder la slide 43 de cette présentation: La criminalité et son évolution: mythes et réalité à propos de l’homicide. Pour la stabilité de la délinquance, tu peux regarder la dernière enquête de victimation (on parle de ‘victimation’ quand on demande aux gens s’ils ont été victime, c’est beaucoup moins biaisé que les statistiques policières) en Ile-de-France dans le rapport Victimation et sentiment d’insécurité (p.43).

6. Tu peux lire sur le sujet Nixon advisor: We created the war on drugs to “criminalize” black people and the anti-war left.

7. Sur le nouveau visage de l’esclavage, ce thread Twitter est éclairant: I thought I understood racism and mass incarceration. But nothing prepared me for what I saw in Baton Rouge, Louisiana.

8. C’est pourtant ce que le gouvernement français essaye de faire avec Bob Emploi et ses autres start-up d’état.

9. Sans compter que de nombreuses lois ne sont jamais applicables, faute de décrets d’application. Légifrance fait le bilan, tous les six mois, des lois en attente de décret ; tu verras que quelques mesures bien médiatisées du précédent gouvernement ne seront jamais implémentées.

10. J’ai trouvé des données sur les salaires ici, des infos sur les prix de l’immobilier .

11. Une autre clé pour comprendre ce qui se passe, c’est l’éffondrement de l’université. Comme j’ai déjà écrit dessus dans The Collapse of Academia, je n’y reviens pas.

12. Une illustration récente de ce phénomène, ce sont les courts d’arbitrage qui remplacent les tribunaux dans les accords de libre-échange, comme le CETA.

13. Voilà résumé en quelques lignes l’excellent livre d’Alain Supiot, La Gouvernance par les nombres.

14. Il ne faut pas croire que ces institutions se portent bien pour autant. L’armée et la police sont toutes deux chargées de missions qu’elles ne peuvent accomplir, que ce soit de lutter contre une insurrection au Sahel pour la première ou de réduire l’introuvable sentiment d’insécurité pour la seconde. Ce sont malgré tout les seules institutions défendues par les politiciens, souvent au détriment d’autres, comme l’école ou la justice.

15. L’état d’urgence a transvasé de nombreuses compétences judiciaires, comme l’enfermement des personnes, à la police, et le nouveau gouvernement a promis de convertir ces mesures en droit commun. Le personnel politique et journalistique a montré en 2017 son ignorance totale du concept même de séparation des pouvoirs lors de l’affaire Fillon, tu peux lire à ce sujet Maître Eolas: Pour en finir avec la séparation des pouvoirs.

16. 550 Gigatonnes entre 1960 et 1992 et 700 Gigatonnes entre 1992 et 2016, d’après les chiffres de la Banque Mondiale.

17. Un article du Guardian sur le sujet, par exemple: Climate models are even more accurate than you thought

18. Lis par exemple The two epochs of Marcott

19. Tu trouveras ici un joli graphique qui montre la température maximale à laquelle un humain peut survivre à un taux d’humidité donné. Ces valeurs seront dépassées dans le Golf Persique dans quelques décennies (lire Deadly Heat Is Forecast in Persian Gulf by 2100).

20. Ces infos ne sont pas publiques, c’est un ordre de grandeur à partir de ce que j’ai pu trouver sur Crunchbase et Pitchbook.


Comments

Want to raise an issue about this post? Please open a new one on Github or make a pull request directly, but make sure to read the rationale behind this blog first.