Pourquoi j'ai écrit « Bouffes Bluffantes »

Après avoir fermé Journalism++, l’agence de journalisme de données que j’ai dirigée pendant six ans (j’en parle ici), j’ai voulu me lancer dans la restauration. J’ai demandé à mon ami Paul Boudier, cuisinier de grand talent, de me prendre en stage dans le restaurant dont il s’occuppait l’été dernier, un petit catoio (une salle creusée dans la roche) perché sur une colline calabraise, au sud de l’Italie. Après quelques semaines à transpirer à grosses gouttes en faisant des pâtes, des caponata et des trouchia1, ma reconversion s’annonçait difficile.

En revenant de Calabre, j’ai décidé de mélanger mes passions pour l’histoire et la cuisine en écrivant Bouffes Bluffantes – la véritable histoire de la nourriture, de la préhistoire au kebab. Dans ce petit livre, vous trouverez vingt histoires qui répondent chacune à une question que je me posais, genre d’où viennent les poivrons? Pourquoi les Italiens sont-ils les pros des pâtes? Pourquoi le camembert est-il le fromage français par excellence? Quel rapport entre les juifs et le foie gras?

J’ai aussi demandé à Paul le susnommé de partager ses secrets de chef, vous les trouverez au pied de certains chapitres.

Pour le prix de deux menus Best-Of, vous aurez:

Et en plus, ça ne fait pas grossir! N’hésitez plus et commandez Bouffes Bluffantes chez Les Libraires ou bien chez Amazon.

Je touche 1,12€ sur chaque livre vendu. L’acheter, c’est un moyen de me permettre de continuer à écrire sur ce blog!


Bouffes Bluffantes, c’est aussi un projet politique. A une époque où les vulgarisateurs historiens ne se gènent pas pour raconter n’importe quoi,2 j’essaye avec mes modestes compétences d’apporter un peu de poids du bon côté de la balance. Et même si je propose quelques hypothèses farfelues, toutes mes affirmations sont sourcées - le livre compte 176 notes de bas de page et à peu près autant de références.

J’essaye aussi de déconstruire les mythes qui peuplent nos assiettes, même si le président a dit que c’était pas bien car en déconstruisant, on sape les bases de la société vous voyez.3 Chercher à comprendre, ce n’est pas excuser comme dirait Valls,4 mais c’est essayer de résister à l’anti-intellectualisme qui, rappellons-le, sert surtout à assoir le pouvoir des puissants.

Mon objectif est de vendre plus de livres que Lorànt Deutsch. Je compte sur vous.

Commander chez Les Libraires

Commander sur Amazon


Je serai le 16 mai à 18:00 à la Librairie Maruani, 171 bd Vincent Auriol, Paris 13e !

La belle couverture de Bouffes Bluffantes

Newsletter

Si vous voulez recevoir mon prochain texte directement par e-mail, indiquez votre adresse ci-dessous.

Notes

1. Probablement des caponati et des trouchi, mais Google Translate ne parle pas encore le calabrais.

2. Coucou, Franck Ferrand! Coucou, Stéphane Bern! Coucou Lorànt Deutsch!

3. ‘The idea that you have to deconstruct and destroy all grand narratives is not a good one. Since then, trust has evaporated in everything and everyone.’ a dit Macron dans un interview au Spiegel.

4. ‘Expliquer c’est excuser’ disait l’ancien premier ministre. Il a ensuite dit que d’essayer de comprendre était OK mais expliquer non ça n’allait pas. (lire ici).


Comments

Want to raise an issue about this post? Please open a new one on Github or make a pull request directly, but make sure to read the rationale behind this blog first.